img

Les secrets de la longévité. Pourquoi les Asiatiques sont-ils en meilleure santé?

/
/

La science prouve que les Asiatiques en général sont beaucoup plus en bonne santé et vivent plus longtemps que les représentants de la civilisation occidentale. Voici les 11 habitudes des peuples de l’Est, dont beaucoup peuvent être copiés.

La vérité sur la viande, le riz et le soja

Au début, la longue espérance de vie et la santé générale des Asiatiques s’expliquaient par le fait qu’ils mangeaient moins de viande. Les spécialistes du marketing ont alors lancé la thèse selon laquelle il était possible de réduire le risque de maladie cardiaque en passant de la viande au tofu (malgré le fait que les Japonais, par exemple, ne mangent pas trop de tofu – moins de 13 grammes par personne et par jour).

Récemment, des scientifiques ont attribué au riz un état de santé plus sain, basé sur des études comparant le régime typique d’un Occidental et d’un Asiatique. Cependant, le riz est loin d’être le seul produit qui distingue les Asiatiques. Mais quand il s’agit de similitudes, les résultats sont également évidents.

Parallèlement à la pénétration de la culture occidentale (et du fast-food occidental en particulier) en Asie, le nombre de cas d’obésité et de diabète augmente également. Néanmoins, revenons aux habitudes alimentaires traditionnelles des Asiatiques, associées à des niveaux plus élevés de santé et de longévité.

 

Les Asiatiques mangent du poisson presque tous les jours

Le poisson, en moyenne,contient  plus de protéines (pour 100 grammes) que dans la viande,et beaucoup de nutriments utiles, y compris les acides gras oméga-3. Ce sont des substances essentielles dont notre corps a besoin pour maintenir son immunité, prévenir et supprimer les infections chroniques et autres.

 

Ils mangent l’animal complètement

Nous associons souvent cela à la pauvreté, mais manger des organes et des viscères. Dans la tradition asiatique: peau, tête, cou, os, queue, ventricules, becs, yeux, foie, – tout se passe. Les sous-produits sont riches en nutriments « liposolubles Exemple  vitamines A, D et E », en collagène et en bactéries bénéfiques.

 

Ils mangent des soupes

La consommation traditionnelle de diverses soupes Asiatiques,vous permet également de mieux contrôler la saturation, qui est associée à une faible obésité.Les soupes chinoises sont bien connues pour leurs «pouvoirs» de rajeunissement. Reconnus depuis des milliers d’années, les soupes chinoises sont utilisées comme suppléments naturels pour renforcer le système immunitaire, protéger des maladies courantes, ainsi que pour stimuler le niveau d’énergie des adultes actifs et même des athlètes.

Les algues – l’une des bases de l’alimentation

Outre les algues (riches en iode), qui sont ajoutées à une variété de plats traditionnels Asiatiques, les Japonais consomment en moyenne environ 3 à 5 mg d’iode par jour, tandis que l’alimentation moyenne d’une personne américaine, par exemple, l’iode contient 15-20 fois de moins. La carence en iode affecte négativement le fonctionnement de la glande thyroïde.

Dans le même temps, presque tous les régimes ont des points de restriction du sel (ce qui nous donne non seulement de l’iode, mais retient également de l’eau et d’autres substances), ce qui peut entraîner un manque d’iode.

Dans le cadre d’une mesure de santé publique, le sel de table est utilisé en France comme vecteur d’enrichissement en iode (1860 µg/100g contre 1,8 µg/100g pour du sel non iodé).

 

Ils mangent rarement des aliments à base de blé

Traditionnellement, les Asiatiques ne cultivent pas de blé et mangent rarement des produits à base de farine – pas de pain, pas de muffins, pas de cuisson. Oui, et leurs nouilles traditionnelles sont soit du sarrasin, soit du riz et des œufs. La farine est aussi étendue que dans la civilisation occidentale.

Les produits du blé sont intrinsèquement des glucides rapides (qui «favorisent» le sucre dans le sang et menacent de trop manger, d’obésité et de diabète sucré). En Asie, ils sont forcés et traditionnellement remplacés par du riz, un glucide lent, beaucoup plus utile que la cuisson.

 

Ils mangent beaucoup d’aliments fermentés

Au cours du processus de fermentation (traitement biochimique sous l’influence des enzymes que l’on trouve le plus souvent dans la substance elle-même), des bonnes bactéries sont ajoutées aux produits. Dans la culture asiatique, ils ont diversifié leurs aliments par divers procédés de fermentation: les fèves de soja sont transformées en miso, natto, tempeh et sauce de soja. Ils fermentent même le chou et le thé.

Le processus de fermentation est associé à l’apparition de bactéries bénéfiques dans les aliments.

 

Ils évitent généralement les bonbons

Jusqu’au 21ème siècle en Asie, ils mangeaient très peu de sucreries, buvaient de l’eau et du thé dans leur forme originale, sans ajout de sirops ni de sucre. La principale source de fructose était principalement les fruits. Ce sont des sucres purs qui nécessitent un effort minimal de la part du corps pour entrer dans le sang en tant que nutriments, ce qui provoque une forte augmentation de la glycémie.

 

Ils utilisent une grande variété de condiments et de suppléments à base de plantes

Même les suppléments traditionnels à base de plantes (romarin, thym, cannelle, cumin et bien d’autres) ont de nombreuses propriétés bénéfiques, notamment une digestion améliorée, une hypotension artérielle, des taux de cholestérol normaux, une sensibilité accrue à l’insuline ce qui vise à  maintenir l’équilibre du taux de glucose contenu dans le sang, des propriétés antimicrobiennes, antibactériennes et antifongiques.

Enfin, contiennent des antioxydants. Autrement dit, beaucoup de propriétés utiles que le ketchup ne possède pas.

 

Une alimentation saine est leur priorité

Dans la culture asiatique, la nourriture est un événement et non une course. Traditionnellement, le thé se boit 30 à 60 minutes avant le repas principal. Pour préparer l’estomac, la nourriture avec des baguettes se produit également pour une raison: vous ne pouvez tout simplement pas en prendre plus que nécessaire.

En conséquence, le processus d’absorption des aliments est plus lent que l’approche européenne traditionnelle et le sentiment de satiété apparaît donc plus tôt.

 

 

Leur médicament est axé sur la prévention et non sur le traitement

Alors que la médecine occidentale réussit de mieux en mieux à lutter contre les effets des déséquilibres sur la santé, la médecine traditionnelle chinoise affecte la racine du problème, utilise un régime alimentaire, des habitudes saines et d’autres pratiques visant à prévenir les problèmes plutôt que de traiter leurs conséquences.

 

Leur approche de la condition physique est complexe: travailler avec le corps et avec l’esprit / cerveau

L’approche occidentale de la condition physique est physiquement axée sur le corps et sa torture. Les pratiques  asiatiques découlent de la tête. Elles travaillent avec l’esprit, le cerveau: beaucoup de méditation, de travail intérieur – ce qui manque vraiment à l’approche occidentale de la condition physique.

La tristesse sénile: comment inspirer l’optimisme chez les personnes âgées

Boire du vin rouge peut vous aider à perdre du poids

 

 

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Reddit

Laissez un commentaire

It is main inner container footer text